L'histoire

Système d'eau de Gezer (en cours d'excavation)

Système d'eau de Gezer (en cours d'excavation)


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Système d'aqueduc de Gezer (en cours d'excavation) - Historique

L'entrée en forme de trou de serrure du système d'eau à Tel Gezer. Photo : Dan Warner.

De nouvelles preuves indiquent que le système d'approvisionnement en eau de Tel Gezer, situé dans l'ouest de Shephelah en Israël, a peut-être été construit par des Cananéens à l'âge du bronze moyen (MBA) (vers 2000-1500 av. Les preuves ont été découvertes au cours de la saison de fouilles 2015 par des archéologues du Tel Gezer Water System Project, selon un article paru dans la publication du New Orleans Baptist Theological Seminary (NOBTS). Le portier. NOBTS coparraine le projet. 1

Architecture monumentale — Du MBA à l'âge du fer

Gezer est mentionné dans un passage bien connu de la Bible hébraïque qui déclare que Salomon a utilisé le travail forcé « pour construire le mur de Jérusalem, Hazor, Megiddo, [et] Gezer » (1 Rois 9:15). 2 Les archéologues ne sont pas d'accord sur la datation précise des fortifications de Hazor, Megiddo et Gezer qui ont probablement inspiré cette référence biblique, mais la plupart des structures appartiennent clairement à l'âge du fer.

En revanche, le système d'eau de Tel Gezer a maintenant été daté par les archéologues du projet à une période beaucoup plus ancienne - le MBA - avec une date aussi ancienne que 2000 av. En fait, cela ne devrait pas être surprenant, puisque Gezer est également le site de fortifications massives et d'autres structures datant du MBA, en plus de l'architecture monumentale de l'âge du fer de renommée biblique.

Une excavatrice travaille à côté de la couverture en contreplaqué de 130 pieds de long sur les escaliers du système d'eau Gezer. Les excavatrices marchaient sur les sacs de sable visibles à gauche de la photo. Photo : Gary D. Myers.

Selon un rapport de Steve Ortiz et Sam Wolff, codirecteurs du Tel Gezer Excavation and Publication Project (un consortium d'institutions excavant à Gezer, dont fait partie le Water System Project), le site de Tel Gezer comprend deux collines, à l'est et à l'ouest, avec un point bas appelé la « selle » entre eux. Gezer était à l'origine habitée vers 3500 av. mais est restée une petite colonie jusqu'à la MBA, lorsque des fortifications massives ont été construites sur tout le site, y compris des murs de pierre, peut-être plusieurs tours de pierre, un glacis et une grande porte sur le côté sud de la colline ouest. 3 De plus, dix pierres dressées massives, considérées comme un « haut lieu », ont été mises en place, peut-être à des fins cultuelles ou pour servir d'autel ou peut-être pour commémorer un traité entre tribus. 4 La « ville fortifiée » MBA a été détruite vers 1500 av. à la fin du MBA.

Les dix menhirs du « haut lieu » de Tel Gezer. Photo : Dennis Cole.

Selon Dan Warner, professeur agrégé d'Ancien Testament et d'archéologie à NOBTS et codirecteur du Tel Gezer Water System Project, « Le système [MBA water] s'accorde bien avec d'autres caractéristiques [cananéennes] à proximité : au sud, la porte massive et tour de pierre et au nord-est les grands menhirs.”

Les livre électronique gratuit La vie dans le monde antique vous guide à travers les centres d'artisanat de l'ancienne Jérusalem, la structure familiale à travers Israël et des articles sur les pratiques anciennes - de la restauration au maquillage - à travers le monde méditerranéen.

L'excavation du système d'eau de Tel Gezer par R.A.S. Macalister

Le système d'approvisionnement en eau de Tel Gezer était censé fournir un moyen sûr d'acheminer de l'eau aux habitants de Gezer à l'intérieur des murs de la ville. Selon le NOBTS Portier article, le système comprend trois parties : (1) une « entrée en forme de trou de serrure », mesurant 12 pieds de diamètre et 24 pieds de haut, (2) un puits en pente descendant de 138 pieds à un angle de 38° par rapport au bassin de collecte, et ( 3) le bassin de collecte, qui s'étendait jusqu'à une caverne voisine.

Le système d'eau de Gezer a été fouillé pour la première fois de 1902 à 1905 et de 1907 à 1909 par l'archéologue irlandais R.A.S. Macalister. 5 Macalister était parvenu à la même conclusion que l'actuel Water System Project, à savoir que le système d'approvisionnement en eau avait été construit par des Cananéens dans la ZBM. Les conclusions de Macalister n'ont cependant pas été largement acceptées, en raison de sa mauvaise méthodologie et de ses graves erreurs dans la datation d'autres structures sur le site.

Datation du système d'eau de Gezer

Lorsque l'excavation du système d'eau de Gezer a repris il y a quelques années, William G. Dever, directeur de longue date des fouilles à Tel Gezer à partir des années 1960 et une figure imposante dans son domaine, a suggéré que le système d'eau datait de la fin de l'âge du bronze. (LBA) ou l'âge du fer. Cependant, les archéologues actuels du Water System Project soutiennent que le système date du MBA : la poterie trouvée par les archéologues au cours de la saison 2015 semble corroborer la datation du MBA. Le spécialiste de la poterie du projet a remarqué « une transition claire de la poterie de l'âge du bronze tardif à la poterie de l'âge du bronze moyen datant entre 1800 et 1500 av. la fin de l'âge du bronze moyen ou le début de l'âge du bronze tardif. Selon Warner, le système d'eau doit avoir été construit avant que la poterie puisse y être déposée. Par conséquent, le système d'eau doit être daté au plus tard du MBA, car il doit avoir été construit avant la date de la poterie et donc avant la fin du MBA ou le début du LBA.

Au cours des fouilles de Macalister au début du 20e siècle, il a construit une chaussée de roches à travers le bassin jusqu'à la caverne au-delà. Une fois ses fouilles terminées, un mur de soutènement s'est effondré, remplissant le système d'eau de débris. La chaussée a eu l'effet involontaire de protéger le bassin lorsque le mur de soutènement s'est effondré, de sorte qu'une grande partie de ce qu'il contenait, y compris des quantités de poterie datable, a été préservée jusqu'à ce que l'équipe actuelle du projet du système d'eau commence à creuser dans la zone de l'effondrement.

La plaque d'information de l'Autorité des parcs d'Israël à l'entrée du système d'eau de Gezer. Le diagramme est basé sur celui trouvé dans R.A.S. Macalister Guézer III. Photo : L'image de Mboesch est sous licence CC BY-SA 4.0.

Selon Warner, le système d'approvisionnement en eau a été creusé dans la roche à l'aide d'outils en bronze et en silex, et cela peut avoir été fait dès 2000 av.

L'histoire de Tel Gezer après le MBA

Après sa destruction à la fin du MBA, Gezer a été reconstruite dans la LBA et est passée sous contrôle égyptien. Selon la Bible hébraïque, Gezer a été vaincu par Josué (Josué 10:31-33) mais a continué à être détenu par les Cananéens jusqu'à l'époque de Salomon (le 10ème siècle avant JC), quand il a été détruit par un pharaon égyptien (peut-être le 21ème pharaon de la dynastie Siamun) (1 Rois 9:16). La ville a ensuite été donnée à la fille du pharaon en dot lorsqu'elle a épousé Salomon, et à cette époque, "Salomon a reconstruit Gezer" (1 Rois 9:16, 17). 6

À l'âge du fer, une porte à six chambres a été construite au point bas, du côté sud de la selle. Certains archéologues, notamment Yigael Yadin, ont affirmé le récit biblique, attribuant les portes à six chambres et certaines autres fortifications de Hazor, Megiddo et Gezer à Salomon au 10ème siècle avant JC. 7 Cependant, d'autres archéologues, suivant une « chronologie basse », ont re-daté les portes et certaines autres structures massives à des dates ultérieures – les IXe et VIIIe siècles av. 8 Néanmoins, les codirecteurs du projet d'excavation et de publication de Tel Gezer, Steve Ortiz et Sam Wolff, soutiennent que la porte à six chambres de Gezer date de Salomon, comme l'a dit Yadin, bien qu'à l'été 2015, ils aient déclaré qu'ils conservaient cette position « pour maintenant », suggérant que les découvertes sur le site pourraient changer leur point de vue. 9

Les systèmes d'eau à Hazor, Megiddo et Jérusalem

En fait, les systèmes hydrauliques de Hazor et Megiddo ont été datés de l'âge du fer et du IXe siècle avant J. 10 Cependant, dans un article récent, le Dr Norma Franklin, experte de longue date sur Megiddo et ancien membre de l'équipe de l'expédition Megiddo, a écrit que seule la phase 3 du système Megiddo (les escaliers en maçonnerie dans un puits taillé dans la roche) devrait être datée. à la fin du IXe ou au début du VIIIe siècle av. Elle dit que Yadin a montré que les habitants de Megiddo ont atteint la source souterraine de l'eau à travers une grotte à la base du monticule dès le MBA. Quant à Hazor, il a également été noté que le complexe du IXe siècle av. système a probablement évolué à partir d'un système de réservoir plus simple utilisé pour l'irrigation à l'âge du bronze. 11

En tout état de cause, les preuves découvertes par les archéologues du projet de système d'eau de Tel Gezer semblent indiquer que le système d'eau de Gezer a été construit dans le MBA, et cette datation est similaire à la datation du MBA pour le "tunnel cananéen" dans la ville de David, Jérusalem. , un tunnel dont certains érudits disent qu'il s'agit du « puits d'eau » mentionné dans le récit de 2 Samuel de la capture de la ville par David aux Jébuséens cananéens (2 Samuel 5:6-9). 12

Henry Curtis Pelgrift a obtenu sa maîtrise en archéologie méditerranéenne de l'University College London en 2014 et son B.A. en archéologie de l'Université George Washington en 2012. Il a fouillé à Tel Kabri et Tel Megiddo en étés alternés depuis 2009 et a également creusé en Italie, en Jordanie et à Chypre. La photo d'Henry est apparue sur la couverture du numéro de janvier/février 2014 « Dig » de BAR. Il est actuellement stagiaire au département Armes et armures du Metropolitan Museum of Art de New York.

Plus sur Gezer dans Bible History Daily :

Remarques:

1. Le projet de système hydraulique de Tel Gezer est parrainé conjointement par l'Institut d'archéologie de Moskau du Séminaire théologique baptiste de la Nouvelle-Orléans et l'Autorité israélienne de la nature et des parcs.

2. En fait, la Bible hébraïque contient de nombreuses références à Gezer, dont les suivantes, rassemblées et expliquées dans Steven Ortiz et Samuel Wolff, « Guarding the Border to Jerusalem : The Iron Age City of Gezer », Archéologie du Proche-Orient 75 (2012), p. 5: Josué 10:33, Josué 16:10, Josué 16:3, Josué 21:21, Juges 1:29, 2 Samuel 5:25 1 Chroniques 20:4, 1 Rois 9:15-17. Voir aussi Hershel Shanks, « Le triste cas de Tell Gezer », BAR, juillet/août 1983.

3. Ortiz et Wolff, « Guarding the Border », pp. 5, 10, 11 Le projet d'excavation et de publication de Tel Gezer est parrainé conjointement par le Tandy Institute for Archaeology du Southwestern Baptist Theological Seminary.

4. Eric H. Cline, Archéologie biblique : une très courte introduction (New York : Oxford Univ. Press, 2009), p. 26. R.A.S. Macalister, le premier excavateur de Gezer, a suggéré que le « lieu élevé » était utilisé pour le sacrifice d'enfants, citant des preuves d'enterrements d'enfants à proximité. Cependant, William G. Dever a récemment rejeté ce point de vue car l'enfant reste et les pierres dressées ont été trouvées dans différentes strates. Dever a suggéré que les pierres commémoraient une personne ou un événement important, peut-être un traité entre dix tribus. Voir « Commémorer une alliance », BAR, janvier/février 2015.

5. Eric H. Cline, Archéologie biblique, p. 25.

6. Ortiz et Wolff, « Garder la frontière », pp. 4, 5, 12.

7. Yigael Yadin, « Megiddo des rois d'Israël », Archéologue biblique 33 (1970), pp. 66-68 Israel Finkelstein et Neil Asher Silberman, La Bible découverte : la nouvelle vision de l'archéologie de l'ancien Israël et l'origine des textes sacrés (New York : Simon & Schuster, 2001), pp. 137-140.

8. Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman, La Bible découverte, p. 141-142, 183, 186-189, 342-344 Eric H. Cline, Archéologie biblique, p. 63-65.

9. Ortiz et Wolff, "Guarding the Border", pp. 7, 10, 16, 18 Steven Ortiz et Samuel Wolff, " Archaeological Views: In the Shadow of Solomon (and Everyone Else) ", BAR Juillet/Août 2015.

10. Finkelstein et Silberman, La Bible découverte, p. 184-186.

11. Gabriel Barkay, « The Iron Age II-III », dans Amnon Ben-Tor, éd., traduit par R. Greenberg, L'archéologie de l'ancien Israël (New Haven : Yale Univ. Press Tel Aviv, Université ouverte d'Israël, 1992), p. 334.


Une réflexion sur &ldquo Grotte découverte dans le système d'eau de Gezer &rdquo

En plus de la vidéo de cinq minutes sur la découverte ("Gezer Cavern Explored"), qui peut également être visionnée sur http://www.youtube.com/watch?v=-hGEJSfXlAM, l'équipe d'excavation a publié quatre vidéos YouTube antérieures concernant les fouilles de 2012 à Tel Gezer :
"Mise à jour Gezer 2012 Semaine 1" à
http://www.youtube.com/watch?v=DPFnb5iSSXY [4:06-minutes]
"Mise à jour du système d'eau de Gezer, semaine deux, première partie" à
http://www.youtube.com/watch?v=PVRQ4V7IYPA [3:32-minutes]
"Mise à jour du système d'eau de Gezer, semaine deux, deuxième partie" à
http://www.youtube.com/watch?v=MvfnzfDby40 [1:50-minutes]
"Mise à jour du système d'eau de Gezer, deuxième semaine, troisième partie" à
http://www.youtube.com/watch?v=pjY7FbSj46w [2:28-minutes]

Laisser une réponse Annuler la réponse

Le blog BiblePlaces fournit des mises à jour et des analyses des dernières avancées en matière d'archéologie, d'histoire et de géographie bibliques. Sauf indication contraire, les articles sont rédigés par Todd Bolen, PhD, professeur d'études bibliques à la Master's University.

En tant qu'associé Amazon, nous gagnons des achats éligibles. Dans tous les cas, nous fournirons des conseils honnêtes.


L'ancien système d'eau cananéen est la clé de l'archéologie de NOBTS

NEVE SHALOM, Israël (BP) — Après que les Israélites soient entrés dans la Terre Promise de Canaan après 400 ans de servitude en Égypte, l'ancienne ville de Gezer a été commémorée dans les Écritures, mais pas de manière positive. Gezer est à jamais lié à l'échec du peuple de Dieu à posséder pleinement la terre qu'il leur avait donnée.

[DIAPORAMA=38690,38693,38695]Gezer — où le New Orleans Baptist Theological Seminary est engagé dans la découverte archéologique — a été attribué à la tribu d'Ephraïm, comme enregistré dans Josué 16:3 et 16:10, et il est devenu l'une des villes lévitiques, selon Josué 21:21. À cette époque, la Bible offre une évaluation brutale de ce qui ne s'est pas passé à Gezer :

“Mais, ils n'ont pas chassé les Cananéens qui vivaient à Guézer. Ainsi, les Cananéens vivent à Éphraïm à ce jour, mais ce sont des travailleurs forcés (Josué 16:10, HCSB).

Dans le récit biblique, Gezer est également lié à la conquête du pays par les Israélites. Dans Josué 10 :33 et de nouveau dans 12 :12, les Écritures rapportent un récit de la bataille de Makkedah dans la vallée d'Aijalon. Lorsque le roi de Guézer mena son armée vers le sud pour aider à défendre la forteresse cananéenne de Lakis, Israël l'emporta, capturant Lakis et tuant le roi de Guézer.

Les ruines monumentales cananéennes de Gezer témoignent encore de leur force et de leur dévotion aux faux dieux. Parce que les Israélites n'ont pas réussi à chasser les Cananéens dans des villes comme Guézer, le culte des idoles est devenu un piège pour le peuple de Dieu.

Au cours des cinq dernières années, une équipe d'archéologues et de bénévoles de l'Institut d'archéologie de Moskau du Séminaire de la Nouvelle-Orléans a fouillé à Gezer dans le but de déterminer qui a construit l'ancien système d'approvisionnement en eau et quand il a été construit.

L'excavation de Gezer est un projet conjoint de l'Institut NOBTS de Moskau et de l'Autorité israélienne de la nature et des parcs (INPA). La fouille est co-dirigée par le professeur NOBTS Dan Warner et l'archéologue en chef de l'INPA Tsvika Tsuk. Jim Parker, professeur NOBTS et directeur exécutif de l'institut de Moskau, et Dennis Cole, professeur et président de la division des études bibliques, assurent également la direction des fouilles. Parallèlement aux fouilles, NOBTS a lancé un programme universitaire en archéologie, offrant une maîtrise ès arts en archéologie biblique.

Selon l'estimation de Warner, les Cananéens ont probablement construit le système d'approvisionnement en eau entre 2000 et 1800 av. au plus fort de la notoriété de Gezer en tant que cité-État cananéenne. Bien que cela placerait la construction 500 à 700 ans avant la conquête israélite de Canaan, le système d'eau peut faire la lumière sur le peuple cananéen et sa culture - une culture qui joue un rôle si formidable dans l'Ancien Testament.

Les Cananéens ont connu une période de déclin culturel dans les années précédant la conquête, mais ils étaient toujours un ennemi redoutable avec des villes fortement fortifiées. Le système d'eau, ainsi que les murs défensifs massifs et la porte, illustrent une société avancée avec un grand savoir-faire technique, des compétences d'ingénierie importantes et un désir de construire des choses à grande échelle.

“C'est un système d'eau incroyable. C'est monumental, il n'y a rien de tel dans le monde », a déclaré Warner, professeur agrégé d'Ancien Testament et d'archéologie à NOBTS. “C'est l'un des plus anciens et des plus grands [systèmes d'eau] au monde.”

Le système, qui fournissait une source d'eau à l'intérieur des murs de Gezer, se compose de quatre parties : une entrée en forme de trou de serrure, un long puits diagonal, un bassin pour recueillir l'eau et une caverne située juste au-delà du bassin. Le système d'eau massif, à son ouverture, mesure 12 pieds de large et 24 pieds de haut, s'étendant sur 130 pieds dans le sol à une pente de 38 degrés.

L'archéologue irlandais R.A.S. Macalister a fouillé le système de 1906 à 08. Lui et l'archéologue français Peré Vincent, qui a visité le site, ont produit des dessins détaillés et des comptes rendus des caractéristiques du système. Peu de temps après l'excavation, un mur de soutènement s'est effondré et a rempli le système d'eau. Il est resté intact pendant 102 ans.

Macalister a daté le système de l'âge du bronze moyen. Cependant, de nombreux archéologues modernes attribuent sa construction aux Israélites de l'âge du fer sous le roi Achab (vers 870 av. Ce sont les deux options les plus logiques puisque les autres projets de construction monumentale à Gezer ont également été achevés au cours de ces périodes distinctes.

Système d'eau de Gezer : une brève histoire

À l'âge du bronze moyen, Gezer est passé d'un petit village à une cité-État fortement fortifiée. Les Cananéens ont construit de hauts murs de pierre, des tours massives et un système de portes en briques de boue pour protéger la ville.

Le roi Salomon a commencé un autre boom de la construction à l'âge du fer. Il a reconstruit et fortifié Gezer et renforcé les défenses à Hazor, Jérusalem et Megiddo (1 Rois 9:15-17). Certains archéologues pensent que les systèmes d'eau à l'époque du roi Achab ont été construits à Hazor et Megiddo, ce qui les a amenés à dater le système Gezer de la même période. Des preuves récentes peuvent dater Megiddo au début de l'âge du bronze moyen, fournissant des preuves supplémentaires de la datation précoce de Gezer.

Au cours de sa fouille, Macalister a dégagé le puits et coupé des sondes dans la caverne, mais il n'a pas excavé la zone du bassin. Au lieu de cela, il a posé une chaussée de pierres à travers le bassin boueux pour atteindre la caverne. Alors que la chaussée a aidé l'équipe de Macalister à atteindre la caverne, elle a également protégé les matériaux reposant dans le bassin de la contamination après l'effondrement du mur de soutènement en 1908. L'équipe NOBTS/INPA a découvert la chaussée de Macalister pendant la saison de fouilles 2012.

Le plan d'excavation de 2014 prévoyait de dégager toute la largeur du bassin et d'exposer le fond du bassin. La saleté scellée sous la chaussée serait tamisée pour la poterie afin d'aider à établir une date pour la construction du système.

Le premier but s'est avéré trop important pour une saison. L'équipe a dégagé la moitié de la largeur entre la marche inférieure du puits d'eau et l'entrée de la caverne, mais n'a pas réussi à trouver le point le plus bas du bassin (qui serait la source d'eau). Le fond est toujours en pente raide, jusqu'à présent, atteignant neuf pieds au-dessous de la chaussée. Le point le plus bas du fond doit être bien à l'intérieur de la caverne. Cette énormité était inattendue.

Le deuxième objectif, la collecte de trouvailles et de poteries pour aider à déterminer une date pour le système, s'est avéré plus réalisable. L'équipe a découvert des milliers de pièces de poterie brisées scellées sous la chaussée de Macalister, la plupart datant de la fin de l'âge du bronze (vers 1550-1200 av. J.-C.). Étant donné que ces découvertes datent de la dernière utilisation du système, l'usure des marches indique une date de construction du tunnel beaucoup plus ancienne, probablement l'âge du bronze moyen.

La Bible fournit des indices de datation supplémentaires. Les hommes de David ont utilisé un "puits d'eau" pour envahir et conquérir la forteresse de Sion/Jérusalem (2 Samuel 5:6-8). Les preuves archéologiques trouvées là-bas confirment que des systèmes taillés dans la roche étaient présents dans le pays bien avant l'époque d'Achab. Sur la base de toutes les données disponibles, Warner pense que le système Gezer a été sculpté très près de l'époque du système d'approvisionnement en eau de Jérusalem datant d'environ 2000 av.

Comment les Cananéens ont pu construire un tel système reste un mystère. Beaucoup ont attribué le système à des influences extérieures telles que les Minoens, les Egyptiens ou les Mésopotamiens. Mais la datation de l'âge du bronze moyen supprime cette option. Warner maintient la possibilité que les Cananéens aient développé la technologie.

"Je pense que les Cananéens, à cette période, ont atteint un niveau de capacité d'ingénierie pour le faire", a déclaré Warner. “Si les Cananéens n'ont pas développé les techniques, je pense qu'ils ont peut-être diffusé la technologie à d'autres.”

La saison 2014 a marqué la conclusion de l'engagement initial du Moskau Institute à Gezer. Cependant, avec plus de travail à faire, NOBTS a renouvelé son engagement pour plusieurs années supplémentaires et continuera à excaver le système d'eau. Avec le temps supplémentaire, l'équipage sera en mesure de nettoyer tout le bassin, d'explorer et d'étudier la caverne et d'enquêter sur le fonctionnement du système.

Après l'achèvement des fouilles NOBTS/INPA, le gouvernement israélien prévoit d'équiper le tunnel d'escaliers et d'ouvrir des parties du système au public.


Système d'aqueduc de Gezer (en cours d'excavation) - Historique

Une porte salomonienne à Gezer ? William Dever le pensait et l'appelait ainsi, mais les responsables d'une nouvelle fouille à Gezer ne tiennent aucune interprétation antérieure pour acquise, ni la terminologie utilisée pour décrire les différentes découvertes. Photo : avec l'aimable autorisation de Steve Ortiz.

Une porte salomonienne se dresse à Gezer, ou bien ? L'archéologue légendaire et ancien directeur des fouilles de Gezer, William Dever, l'a pensé. Le fait que Gezer abritait une porte salomonienne n'a pas été remis en question dans les années 1970 par l'équipe de fouilles du Hebrew Union College. Alors pourquoi Steve Ortiz et Sam Wolff sont-ils revenus à Gezer, et pourquoi se demandent-ils si sa célèbre porte doit être considérée comme une porte salomonienne ?

La réponse est simple : l'excavation renouvelée - maintenant dans sa septième saison - ne veut faire aucune hypothèse du passé ou apporter des idées préconçues alors que les réalisateurs entreprennent leur exploration. Cela inclut la terminologie qu'Ortiz et Wolff utilisent pour désigner la porte de la ville de l'âge du fer à six chambres à Gezer. Dans leur rubrique Vues Archéologiques « Dans l'ombre de Salomon (et de tous les autres) » dans le numéro de juillet/août 2015 de Revue d'archéologie biblique, les codirecteurs des fouilles Steve Ortiz et Sam Wolff décrivent les nouvelles questions qu'ils posent au célèbre site de Gezer.

En tant que point de convergence de trois des principales religions du monde, l'histoire d'Israël est l'une des plus riches et des plus complexes au monde. Passez au crible l'archéologie et l'histoire de cette terre ancienne dans le livre électronique gratuit Israël : un voyage archéologique, et obtenez une vue de ces sites bibliques importants à travers l'objectif d'un archéologue.

En 1871, Gezer a été identifié pour la première fois par Charles Clermont-Ganneau, mais la première fouille n'a eu lieu qu'en 1902 lorsque Robert Alexander Stewart Macalister a commencé un projet à grande échelle de sept ans sous le parrainage du Palestine Exploration Fund. De 1964 à 1974, G. Ernest Wright, William Dever et Joe Seger ont organisé une autre fouille en utilisant des méthodes archéologiques plus modernes pour le compte du Hebrew Union College et du Harvard Semitic Museum. William Dever est revenu sur le site, cette fois parrainé par l'Université de l'Arizona, en 1984 et 1990. Ortiz et Wolff faisaient tous deux partie de l'une de ces premières équipes de fouilles et connaissent bien les conclusions qu'ils en ont tirées.

Avant de commencer cette expédition renouvelée à Gezer, Wolff et Ortiz ont invité William Dever sur le site pour parler de son histoire et ruminer son avenir. Cependant, cette conversation n'était pas destinée à dicter l'enquête à venir. « Bill est un archéologue légendaire – nous le respectons, lui et ses pensées », déclarent Ortiz et Wolff, « mais c'était notre projet, et nous avions notre propre programme de recherche. Des questions différentes sont posées aujourd'hui par rapport aux années 1960 et 1970. » Ces nouvelles questions sont au cœur des fouilles renouvelées.

Tout en maintenant un lien fort avec le passé et un respect pour ceux qui sont venus à Gezer avant eux, à la fois anciens et modernes, Wolff et Ortiz ne prendront rien pour acquis. Ils ont l'intention d'être des yeux neufs pour une nouvelle approche d'un ancien site.

Pour en savoir plus sur le processus d'excavation de Steve Ortiz et Sam Wolff à Gezer, lisez la colonne complète des vues archéologiques « Dans l'ombre de Salomon (et de tous les autres) » dans le numéro de juillet/août 2015 de Revue d'archéologie biblique.

Membres de la bibliothèque BAS : Lire la chronique complète des vues archéologiques « Dans l'ombre de Salomon (et de tous les autres) » par Steve Ortiz et Sam Wolff tel qu'il apparaît dans le numéro de juillet/août 2015 de Revue d'archéologie biblique.

Pas encore membre de la bibliothèque BAS ? Rejoignez la bibliothèque BAS aujourd'hui.


Vues qui ont disparu : Les photographies de David Bivin

Au début des années 1960, David Bivin est allé étudier à l'Université hébraïque de Jérusalem. Armé d'un appareil photo moyen format Yashica-D, Bivin a parcouru la terre d'Israël et les régions environnantes en prenant
photographies de sites bibliques, de fouilles archéologiques et de scènes de la vie quotidienne. Aujourd'hui, ces photographies offrent une fenêtre sur une terre qui a radicalement changé, à la suite de la construction des villes, de la guerre des Six Jours et de l'unification de Jérusalem.

Ce volume comprend plus de 700 photographies au format jpg haute résolution (1600x1200 ou plus), ce qui signifie que les images sont nettes et claires même lorsqu'elles sont projetées sur un grand écran. Toutes les images sont également incluses dans des fichiers PowerPoint® prédéfinis pour l'enseignement en classe. Des notes explicatives sont incluses dans les fichiers PowerPoint®. La collection comprend des photographies d'Israël, de la Cisjordanie, de la Jordanie, de la Grèce et de Rome.

"Des vues qui ont disparu est un excellent ajout à la liste déjà longue de documents photographiques publiés par BiblePlaces. Le CD appartient à la bibliothèque de chaque église et de chaque personne qui enseigne des cours bibliques en mettant l'accent sur le pays dans lequel ces événements historiques ont eu lieu. Fréquemment, je dis à mes groupes : « J'aurais aimé que vous ayez pu voir cela avant. . . ». Maintenant, vous pouvez le voir à travers ces photographies."

&mdashFerrell Jenkins, président à la retraite des études bibliques, Florida College

À propos du photographe : David Bivin est directeur de Jerusalem Perspective (www.JerusalemPerspective.com) et membre de la Jerusalem School of Synoptic Research, une organisation de recherche composée d'érudits juifs et chrétiens voués à une meilleure compréhension des évangiles synoptiques.

À propos du producteur : Le Dr Todd Bolen est professeur d'études bibliques à l'Université Master&rsquos. Il a vécu et enseigné pendant de nombreuses années sur leur campus près de Jérusalem. Il est le producteur de plus de 60 volumes de photographies illustrant le monde biblique, dont le Bibliothèque picturale des pays de la Bible et le Photo Compagnon de la Bible.

Coût: 30 $ (livraison gratuite aux États-Unis)

Ou achetez l'ensemble complet de 20 volumes pour 394 $ 199 $

Garantie: Vous serez satisfait ou votre argent vous sera remboursé.


"Depuis des années, la merveilleuse collection de photos de sites bibliques de Todd Bolen a été un outil indispensable de mon ministère de prédication et d'enseignement. Ma congrégation aime voir et entendre parler des lieux où des événements bibliques se sont produits. Cette nouvelle collection comble une lacune critique, nous permettant de voir la Terre Sainte avant les changements massifs qui ont eu lieu au cours des 50 dernières années et des parties obscurcies de la terre qui avaient peu changé au cours de nombreux siècles.
-Tour. Al Sandalow, pasteur, First Presbyterian Church, Ellensburg, Washington

L'unicité de cette collection :

Présence continue : David Bivin n'était pas un touriste en Israël, mais il y a vécu sans interruption depuis 1963. Il était là pour photographier les fouilles archéologiques historiques en cours, assister aux défilés militaires et vivre le cycle des vacances chaque année. La présence de Bivin sur le terrain lui a permis d'obtenir des photographies qu'un visiteur intermittent n'a probablement pas la possibilité de prendre.

Moments dramatiques : Vivre à Jérusalem a permis à Bivin de photographier des événements aussi fascinants que les conséquences de la prise de la vieille ville de Jérusalem en 1967, la célébration du jour de l'indépendance de 1968 lorsqu'Israël a défilé du matériel militaire capturé à ses ennemis, et le cortège de deuil pour le président égyptien Nasser en 1970. Bivin était présent au Mur des Lamentations lors de la création de la place de prière. Il était sur les lieux lorsque des caisses de munitions jordaniennes ont été retirées de la Citadelle de David. Il a filmé les flots d'Israéliens enfin capables de visiter les parties les plus anciennes de la Ville Sainte, qui leur étaient interdites pendant les décennies de contrôle arabe.


La porte de Jaffa peu après la prise de la vieille ville, juillet 1967

Compétence photographique : Bien que n'étant pas un photographe professionnel, Bivin avait un appareil photo moyen format de haute qualité et il a pris de nombreuses photographies tout au long des années 1960. Ses notes détaillées permettent d'identifier facilement chaque photographie, y compris la date exacte à laquelle la photographie a été prise.

Connaissance: D'abord étudiant puis professeur de géographie historique et d'archéologie, Bivin a voyagé dans les principaux sites d'Israël, ainsi que sur les rives est et ouest de la Jordanie. Il a photographié les fouilles en cours à Megiddo, Ashdod, Massada, Arad et Gezer. Il a dirigé des groupes vers des sites rarement visités tels que Dothan, Tirzah, Shiloh, Gophna, Tell el-Hesi, Tell Jemmeh, Mamre, Beit Zeitha et Jebel Qaaqir.

Arche de Robinson, Mont du Temple, 1968

Photographies en couleur : Ce sont parmi les premières photographies en couleur prises en Israël.

Amis: Bivin a connu et photographié de nombreuses personnes qui ont laissé un héritage dans les domaines de la géographie historique et de l'archéologie biblique, notamment Nelson Glueck, Abraham Malamat, Yohanan Aharoni, Ephraim Stern, Avraham Negev, Gabriel Barkay et Anson Rainey.

"Pour ceux qui s'intéressent à Israël, à l'archéologie et à l'histoire, ce CD offre un aperçu éclairant de nombreux sites tels qu'ils étaient il y a 40 ans. Quatre décennies de fouilles et de vie en Israël ont considérablement changé l'apparence de nombreux lieux d'importance biblique et ce CD nous permet de voir ces lieux avant que ces changements n'aient lieu. Ce CD nous donne un autre outil pour aider les gens à mieux comprendre la Bible à la lumière de son lien avec la géographie et la topographie de la terre promise."


Archéologie en Israël : Gezer

Le tel (tertre) de la ville biblique de Gezer est situé sur le versant ouest des collines de Judée, à mi-chemin entre Jérusalem et Tel-Aviv. Construite sur une colline surplombant la fertile vallée d'Ayalon, l'importance de cette ville était son emplacement stratégique à l'intersection de la route d'Egypte, le long de la plaine côtière vers le nord, et de la route menant aux collines de Judée et à Jérusalem. L'ancien nom de Gezer est conservé dans le nom arabe du tel : Tel el-Jazari. La vérification du site provient d'inscriptions hébraïques retrouvées gravées sur des rochers, à plusieurs centaines de mètres du tél. Ces inscriptions du 1er siècle avant notre ère lisent « limite de Gezer ».

Le tel couvre une superficie de plus de 30 acres. Une partie de cette zone a été fouillée entre 1902 et 1909, alors que l'archéologie n'en était qu'à ses débuts, et a causé des dommages considérables au site. Depuis les années 1960, de nouvelles fouilles ont été menées dans plusieurs zones du tél. The rich finds discovered in these excavations attest to the importance of the city in antiquity and constitute a unique contribution to the study of past material cultures of the Land of Israel.

L'Âge de bronze

Inhabitants of the first settlement established at Tel Gezer, toward the end of the 4th century BCE, lived in large caves cut into the rock. At the beginning of the Early Bronze Age (beginning of the 3rd millennium BCE), there existed an unfortified settlement covering the entire area of the tel. Following its destruction in the middle of the 3rd millennium BCE, the tel was abandoned for several hundred years.

Then, in the Middle Bronze Age (first half of the 2nd century BCE), Gezer became one of the foremost cities in the Land of Israel. The entire tel was surrounded by a massive wall constructed of large blocks of stone 4 m. wide, with strong towers erected at intervals along it. This fortification wall (known as the "inner wall") was protected on the outside by an earthen rampart some 5 m. high, consisting of compacted alternating layers of chalk and earth covered with plaster. The city gate was located near the southwestern corner of the wall and consisted of two towers and three pairs of pilasters on which wooden gates were mounted (as was common in that period).

At the center of the northern part of the tel was an unusual cultic area. A row of ten monolithic stone steles - the tallest 3 m. high - stood at its center, oriented north-south. A large, square, stone basin that has been interpreted as serving for libations in cultic ceremonies, was found in front of one of the steles. This is a unique Canaanite temple of mazzeboth (standing stones), both in terms of the number of steles and their size. The researchers suggest that the stones represent the city of Gezer and nine other Canaanite cities rituals related to a treaty between these cities were probably performed here. The Canaanite city at Gezer was destroyed in a violent conflagration, traces of which were found in all excavation areas of the tel. It is assumed that the destruction was the result of the campaign of the Egyptian pharaoh Thutmose III.

The importance of Bronze Age Gezer (2nd millennium BCE), is attested to in the many references to the city in Egyptian sources. In an inscription of Thutmose III, Gezer is mentioned as being conquered from the Canaanites in his campaign in 1468 BCE. In the archives of el-Amarna in Egypt, dating from the 14th century BCE, there are ten letters from the kings of Gezer, assuring loyalty to the Egyptian pharaoh whose vassals they were.

The Late Bronze Age (second half of the 2nd millennium BCE) is represented by a wealth of finds, many imported from the Aegean islands, Cyprus and Egypt, from both within the city and in tombs. During this period, a new fortification wall was erected around the city (the "outer wall"), which was some 1,100 m. longue. This wall, 4 m.-thick, was constructed outside the earlier wall, on lower ground. This is one of the only fortifications known in the Land of Israel from the Late Bronze Age, providing further proof of the special political status of Gezer in southern Canaan during the period of Egyptian rule. In the 14th century BCE, a palace building was constructed on the high western part of the tel, its acropolis. It appears to have had two storeys its walls were built of stone and covered with white plaster and in the courtyard were water cisterns. Remains of another large structure, probably the house of the governor of Gezer, were found in the northern part of the tel. Toward the end of the Bronze Age, the city declined and its population diminished. The victory stele of Merneptah (from the end of the 13th century BCE) for the first time specifically mentions "Israel" as a nation, which was defeated and goes on …Canaan was plundered… and Gezer was captured. Clear evidence of the Egyptian destruction of Gezer was found in the remains of the town.

L'âge de fer

According to the Bible, Joshua and the Israelites defeated the King of Gezer (Joshua 10:33), but the Book of Judges (Judges 1:29) relates that the Tribe of Ephraim did not drive the Canaanite inhabitants from Gezer and that they remained in the city among the Israelites.

The strata which represents the 12th-11th centuries BCE of Gezer show several phases of intensive construction. A large, well-constructed building that included many courtyards and rooms on the Acropolis, where grains of wheat were found among the sherds of storage jars and grinding stones, must have been a granary. Next to it was a large plastered surface that served as a threshing floor. After it went out of use, two dwellings were built on top of the granary, each consisting of a courtyard surrounded by rooms. A street ran between the dwellings. Local, as well as Philistine, vessels found there attest to a mixed Canaanite/Philistine population at that time.

At the beginning of the 10th century BCE, Gezer was conquered and burned by an Egyptian pharaoh (probably Siamun), who gave it to King Solomon as the dowry of his daughter. Pharaoh King of Egypt had come up and captured Gezer he destroyed it by fire, killed the Canaanites who dwelt in the town, and gave it as dowry to his daughter, Solomon's wife. (I Kings 9:16)

King Solomon (10th century BCE) rebuilt Gezer as a royal Israelite center on the border with Philistia. The impressive series of fortifications consisted of a double wall with gates at the center of the southern wall was the main gate with three pairs of chambers and a central passage between them. The gate was expertly constructed of well-trimmed stones, the corners of large ashlars. It was originally two storeys high and roofed. Plastered stone benches were placed along the walls of the chambers and below its floor and the entry threshold was a deep drainage channel that carried rainwater out of the city. An outer gate, consisting of two towers, protected the approach to the main gate from it extended a solid wall with numerous towers, built on the foundations of the "outer wall" of the previous period. Similar fortifications of this period were found at Hatzor and Megiddo they cast light on the biblical description of these three administrative centers of Solomon's kingdom: This was the the purpose of the forced labor which Solomon imposed: It was to build the House of the Lord, his own palace, the Millo and the wall of Jerusalem and [to fortify] Hatzor, Megiddo and Gezer. (I Kings 9:15)

Gezer appears to have been destroyed soon after the death of Solomon and the division of the United Kingdom, during the campaign waged by Shishak King of Egypt against King Jeroboam in 924 BCE. (I Kings 14:25)

The material culture found at Gezer shows that after the division of the kingdom, Gezer was part of the Kingdom of Israel, on the border with the Kingdom of Judah. During those years, the Solomonic fortifications continued to defend the city, though the gate was rebuilt as a gateway with two pairs of chambers only. It was probably during this period that a water system was constructed, similar to those found at Hatzor and Megiddo. It consisted of a wide shaft, 7 m. deep, with a staircase inside the city, and a tunnel at a 45-degree angle which led down to the water source its purpose was to guarantee the water supply of the city in time of siege.

By the end of the Iron Age, when Gezer was under the control of the Kingdom of Judah, the city was no longer a major center. During the 5th-4th centuries BCE, it was part of the Persian province of Yehud. In 142 BCE, Simon the Hasmonean conquered Gezer and built a royal palace there. (I Maccabees 13:43-48) The Iron Age fortifications were restored and semi-circular towers added. Evidence of a Jewish population during this period includes several stepped pools for ritual bathing (mikva'ot). During the reign of King Herod, Gezer lost its importance as a border town and until the end of the Second Temple period (70 CE), it was a private estate, its boundaries marked by inscriptions on rocks, "boundary of Gezer."

Téléchargez notre application mobile pour accéder en déplacement à la bibliothèque virtuelle juive


More Canaanite evidence found by NOBTS dig team

[SLIDESHOW=41265,41266,41267,41268,41269,41270]KARMEI YOSEF, Israel (BP) — Added evidence that an ancient water system at Tel Gezer in Israel could be the product of Middle Bronze Age Canaanites living between the time of Abraham and the Israelite conquest was uncovered by New Orleans Baptist Theological Seminary’s archaeology team during a challenging dig season this summer.

The Bible provides a tantalizing parallel to the Gezer system in the accounts of King David. In 2 Samuel 5:6-9, David’s men utilized a “water shaft” to invade and conquer the fortress of Zion/Jerusalem. This rock-hewn system has been located in Jerusalem’s “City of David” area. Visitors can walk the entire length of that Canaanite system.

Based on all the available data, Dan Warner, co-director of the NOBTS Gezer dig, believes the City of David tunnel and the Gezer system are both products of the Middle Bronze Age.

The Gezer water system excavation is a joint project of the Moskau Institute for Archaeology at NOBTS and the Israel Nature and Parks Authority (INPA). The dig is co-directed by Dan Warner, an NOBTS professor, and INPA chief archaeologist Tsvika Tsuk. Jim Parker, NOBTS professor and executive director of the Moskau Institute, and Dennis Cole, professor and chairman of the division of biblical studies, also provide leadership for the three-week dig season in May and June.

Warner estimates that the Canaanites likely built the water system during the height of Gezer’s prominence as a Canaanite city-state. Though this would place construction approximately 600-700 years before the Israelite conquest of Canaan, the water system can shed light on the Canaanite people and their culture — a culture which plays a formidable role in the Old Testament.

Canaanite Gezer is mentioned multiple times in the Israelite conquest narrative recorded in the Old Testament book of Joshua. The most notable mention occurs in Joshua 10:33. When Joshua and his men attacked Lachish, approximately 20 miles south of Gezer, the army of Gezer came to that city’s aid. The Israelites defeated Lachish and the army of Gezer, killing King Horam of Gezer.

Another important reference to Canaanite Gezer is connected to the Israelite failure to take the entire land that God had given them. In Joshua 16:10, the biblical author notes that the Israelites “did not dislodge the Canaanites living in Gezer.” And though the Israelites set aside Gezer as a “city of refuge,” the Bible indicates that the Canaanites controlled Gezer until the time of Solomon when they were finally defeated by an Egyptian pharaoh (1 Kings 9:15-17).

The Canaanites had experienced a time of cultural decline in the years before the conquest but were still a frightening foe with heavily fortified cities. The water system, along with the massive defensive walls and gate, illustrate an advanced society with great technical know-how, significant engineering skills and a desire to build things on a large scale, Warner said.

“The pottery retrieved from the system this past season appears to date either from the end of the Middle Bronze Age or the beginning of the Late Bronze Age,” Warner said. “Either way, the system had to be dug before the pottery was deposited, giving the earliest possible date in the Middle Bronze Age.”

The massive rock-hewn water system was created with flint and bronze tools as early as 2000 B.C, Warner noted. Already the largest known of its type, evidence suggests the Gezer system may be one of the oldest.

“We know of nothing this massive from the Middle Bronze Age anywhere in the Ancient Near East,” Warner said. “This system fits well with other [Canaanite] features in close proximity: to the south the massive gate and stone tower and to the northeast the large standing stones.”

The ancient water system, which provided a water source inside the walls of Gezer, consists of at least three parts: a keyhole-shaped entrance, a long diagonal shaft and a basin to collect water which may extend into a cavern located just beyond the basin. The massive water system measures 12 feet wide and 24 feet high at its opening, stretching 130 feet into the ground at a 38-degree slope. For the past six years, a team of archaeologists and volunteers has been investigating the site in an effort to determine who constructed the ancient water system and when it was constructed.

In previous years, the team encountered a highly concentrated area of Late Bronze Age (c. 1550-1200 B.C.) pottery sherds. This discovery led the dig leaders and Eli Yanni, who serves as the dig’s pottery expert, to speculate that the tunnel may have been used as a pottery dump after it was no longer used as water source. Why it ceased use as a water system remains a point of speculation. This year Yanni noticed a clear transition from Late Bronze Age pottery to Middle Bronze Age pottery dating between 1800 and 1500 B.C. under the “pottery dump.” The pottery finds make a 2000 B.C. construction date more likely, Warner said.

Gezer water system history

In the Middle Bronze Age, Gezer grew from a small village into a heavily fortified city-state. The Canaanites built high stone walls, massive towers and a mud-brick gate system to protect the city. According to Warner, the city met a violent end, most likely at the hands of Pharaoh Thutmose III, who lists Gezer as a conquered city on the walls of the Karnack temple.

King Solomon launched another construction boom in the Iron Age 1,000 years later. Solomon rebuilt and fortified Gezer and strengthened the defenses at Hazor, Jerusalem and Megiddo (1 Kings 9:15-17). Because of the dating of water systems at Hazor and Megiddo, many archaeologists argue that the Gezer water system was constructed after Solomon, during the reign of Ahab.

When Irish archaeologist R.A.S. Macalister excavated the system from 1906-08, he attributed it to Middle Bronze Age Canaanites. However, his primitive archaeology methods along with persistent theories about the systems in Hazor and Megiddo led many to dismiss his claims about the Gezer system. Recent evidence suggests that the Megiddo system also is a product of Middle Bronze Age Canaanites, providing additional evidence for an early dating of the Gezer system.

Shortly after Macalister’s excavation at Gezer, a retaining wall collapsed and refilled the water system with dirt rocks and debris. It remained untouched for 102 years.

During his dig, Macalister laid a “causeway” of stones across the muddy basin to reach the cavern. While the causeway helped Macalister’s team reach the cavern, it also protected materials resting in the basin from contamination following the retaining wall’s 1908 collapse. The NOBTS/INPA team discovered Macalister’s causeway during the 2012 dig season. For the past four seasons, the team has been removing datable pottery samples from the area Macalister left untouched.

Challenges & opportunities

As the dig has progressed, the NOBTS/INPA team faced a series of challenges related to the eventual plan to open the system to visitors. Workers cleared the remaining dirt layer covering the ancient steps in the spring of this year. The dig team constructed a massive, 130-foot plywood ramp to avoid damaging the exposed steps as debris was pulled from the bottom using an industrial winch. Planning, acquiring material and construction of the ramp consumed the first week of the dig.

Another challenge this year came in the form of water — lots of it, which would not be unusual for a water system. During the second week of the dig, progress slowed when the team encountered deep water in the basin area. One morning the team removed approximately 140 gallons of water using large jugs. The rest of the season was spent digging in ankle- and knee-deep water.

This season also brought new opportunities. The team received approval to dig in the storerooms located along the Canaanite wall near the mouth of the water system. It is Warner’s contention that clearing the debris between the entrance to the water system and the Canaanite gate and fortifications walls should reveal a connection between the two features. This is based on the fact that the entrance to the gate is at the same level as the entrance to the water system. Yanni is overseeing this effort. Good progress was made, but the team is still at least a meter above the system entrance.

How the Canaanites could build such a system remains a mystery. Many have attributed the system to outside influences such as the Minoans, Egyptians or Mesopotamians. But the Middle Bronze Age dating removes that option. Warner maintains the possibility that the Canaanites developed the technology.


Digging Stopped in Ancient Biblical Cities

Dale Manor had a plan for 2020: Unearth an ancient Canaanite shrine in the lowlands of Judah, about 20 miles west of Jerusalem. Like so many plans for 2020, it was interrupted by a global pandemic.

So now the professor emeritus of archaeology and Bible at Harding University in Arkansas has a plan for 2021: Unearth that Canaanite shrine in Beth Shemesh, the city where the Philistines returned the captured Ark of the Covenant to Israel in 1 Samuel 6.

There are some drawbacks to putting an excavation on hold, Manor told Christianity Today. &ldquoThere is an increased risk of site deterioration, both from the elements and plundering,&rdquo he said.

A highway also runs through the ancient Beth Shemesh site, and it is in the process of being widened. There have been some conflicts in Israel between the people who want the road and the people trying to preserve the biblical history buried underneath it.

The pause couldn&rsquot be avoided, however. For biblical archaeologists, 2020 will be remembered as the summer without digs. Most projects were stopped as the coronavirus spread and international travel was suspended.

There were a few exceptions. An Israeli team did about a month of work at Tel Azekah, the site of the confrontation between David and Goliath (1 Sam. 17:1) and a Babylonian siege (Jer. 34:7).

Manor and other archaeologists said they used this summer to catch up on their analysis of artifacts and writing, while remaining hopeful that excavation work can resume again next year. Archaeology didn&rsquot stop, they said, even if excavation did.

For now, biblical cities and sites wait across the Holy Land, their treasures yet to be revealed.

On the northern shore of the Sea of Galilee, excavation has stopped at a city that might be the true location of Bethsaida, home of the disciples Phillip, Peter, and Andrew. Archaeologists made some discoveries in 2019 that led them to think el-Araj could be the historic city, challenging the claim of nearby el-Tell.

Steven Notley, the academic director of the project and professor of New Testament at Nyack College in New York, believes some ornate mosaic floors found last year demonstrate that el-Araj was Bethsaida. Recent flooding has experts worried about damage to the site, however, and the damage cannot be fully assessed until next year at the earliest.

At Tel Shiloh, the excavation of a building from the time when Shiloh was the worship center of Israel (Josh. 18:1) will have to wait until 2021. &ldquoIn three seasons of excavation, we have uncovered significant evidence of the ancient Israelite sacrificial system at Shiloh,&rdquo said excavation director Scott Stripling, who is provost of The Bible Seminary in Texas.


Liberty professor uncovers one of Israel’s top archaeological finds

Dr. Chet Roden digs as part of an archaeological team in Gezer, Israel, last May 20-June 20.

Teaming up with archaeology professors from New Orleans Baptist Theological Seminary, Dr. Chet Roden, an associate professor of Old Testament and chair of graduate online Biblical Studies in Liberty University’s Rawlings School of Divinity , made a discovery last summer that was listed as one of the “ Best Archaeological Finds in Israel in 2016 ” by Haaretz, an Israeli publication and website.

In the foundation of what is believed to be military barracks in the biblical city of Gezer, Roden and his colleagues uncovered a treasure trove of silver and gold relics that were wrapped in linen inside a small piece of lidded pottery dating back to 1700-1500 B.C. It is believed to be the best-preserved cache from that time period ever discovered in Israel.

Roden said Eli Yannai, a professor at Bar-Ilan University in Tel Aviv and representative of the Israel Antiquities Authority, told him that many archaeologists work a lifetime and never get to experience such a significant discovery. “He said, ‘It’s huge,’” Roden recalled. “I didn’t even realize until the next day how big the find really was.”

The ancient Canaanite center of Gezer was located west of Jerusalem along a strategic highway between Egypt and Mesopotamia, in an area allotted to the tribe of Ephraim where much Old Testament history took place. The site is now part of the Israeli National Park System.

The clay vessel, less than 6 inches in diameter, contains a handful of ancient relics made of silver and gold, believed to be offerings to the gods.

The School of Divinity has signed on as a consortium member for the archeaological excavation of the site, which started in 2009. The team’s primary objectives are to fully excavate and determine the approximate time period in which Gezer’s unique water system — an astounding tunnel over 20 feet wide and 150 feet deep — was originally constructed, and to eventually open it to the public.

“The tunnel itself is just massive,” said Roden, who teaches archaeology and Old Testament classes at Liberty. “There’s nothing like it in the world in that timeframe. The most recent idea is to dig outside the tunnel to try to help solidify the date of the tunnel. That’s what we were trying to do, and we just happened upon this foundation deposit that was really cool.”

During a recent excavation of the tunnel, a mold to form idol plaques was found. These plaques represented either the Canaanite goddess Astarte or the Egyptian goddess Hathor.

“(Hathor) was a fertility goddess, a goddess of birth and the afterlife, but she took on all sorts of different roles in Egypt,” Roden said. “Being that close to the water tunnel is significant because Hathor was also a goddess of mining and the underworld, and she was worshipped at the similar timeframe as this Gezer tunnel was dug.”

The silver pendant, measured in centimeters, symbolizes a melding of two belief systems.

Roden believes a silver pendant found in the pottery last summer also represents Hathor and was left, along with the other relics he found, as an offering to her for protection.

He theorized during a presentation to the Evangelical Theological Society that syncretism — the blending of two belief systems — is evident in the discovery of these pagan relics.

“The crescent shape and the sun disc are very Mesopotamian,” Roden said. “We found them melded together, resembling the Hathor headdress, so it’s almost like Mesopotamia from the north and Egypt in the south have come together here in Gezer.”

Dr. Tsvika Tsuk, the Director of Archaeology for Israeli National Parks, agreed, telling Haaretz, “What’s nice about this trove is that it shows Canaanite culture together with a clear Egyptian influence.”

Roden plans to return to Gezer for this year’s dig, from May 20-June 9.

Dr. Chet Roden stands in the excavation site, near a water tunnel in the biblical city of Gezer.



Commentaires:

  1. JoJorisar

    Bien sûr. C'était avec moi aussi.

  2. Jessee

    vous vous êtes trompé, est-ce possible ?

  3. Duc

    Oui, c'est sûr

  4. Kijinn

    Je suis en mesure de vous conseiller sur cette question.

  5. Radite

    Est complètement vain.



Écrire un message